Skip to content Skip to footer

De Mhamid à Foum Zguid, mais où sont les traces ???

Autre porte du désert après celle de Merzouga , Mhamid
Notre campsite est chez Luc. Luc est belge et gérant depuis 6 ans de l’auberge camping pour une famille propriétaire aisée du village qui est très traditionnelle dans ses méthodes de travail… Ils avaient laissé à l’abandon le camping et l’hôtel, ne sachant pas le gérer après le décès du fils qui s’en occupait.

Nous en profitons pour faire de la cuisine, un peu routine mais les légumes sont top, avec aubergine, oignons, poivrons, carottes et tomates. Et viennent d’apparaitre sur les marchés des haricots verts.

Aujourd’hui, nous allons emprunter la piste pour Foum Zguid qui longe la frontière algérienne, parfois nous ne sommes qu’à une quinzaine de kms de celle-ci. Aussi y a-t-il des chek points de temps en temps. Les militaires que nous croisons là et qui vérifient nos passeports, restent en mission pour 2 mois dans des petites cahutes en pierres, très isolées.
Dans les villes comme Merzouga ou MHamid…Nous voyons beaucoup de bâtiments de garnisons militaires.

Dans le désert, les soirées sont fraiches, voire froides. Autrement dit à partir de 17h30, le soleil commence à faire son paresseux, chauffe beaucoup moins puis disparait complètement des radars! Et le moment tant attendu et pratiquement sacro-saint de l’apéro à l’extérieur, en mode lézard, se voit compromis!
Mais nous avons la parade! le feu du guerrier!

Quelques branches mortes, un trou dans le sable et le tour est joué. Nous en profitons aussi pour rissoler ces petites patates sur la plancha..
Le lendemain matin ( pas aux aurores…), les braises sont toujours présentes et nous avons même réussi à ranimer le foyer. Incroyable ce que le sable tient à l’abri.

En route, entre Mhamid et Foum Zguid, alors que nous bivouaquons à quelques dizaines de kms de villages qui sont en bordure des montagnes et du désert, nous apercevons des silhouettes qui se rapprochent de notre campement.
Nous voyons 4 jeunes, filles et garçons de 12 à 8 ans qui s’assoient et commencent á sortir de leurs sacs, des petits objets fabriqués par eux ou par les enfants du village.I
ls ne parlent qu’arabe et après “discussion” la plus grande inscrit le prix des objets dans le sable.

Ils guettent en général les voitures de touristes qui passent sur la piste, et comme nous étions à l’arrêt, ils sont venus à notre rencontre, pour quelques dirhams..

Nous arrivons au lac IRIKI, qui est déclaré parc national et réserve d’oiseaux migrateurs, (ça c’était avant car le lac qui s’étend plat sur des kms carrés, est désormais asséché depuis quelques années, tout craquelé, et point d’oiseaux migrateurs )
Pour y aller, nous voulions prendre un raccourci et passer dans l’oued Draa. Très bonne idée , un site c’est un parcours exceptionnel et sauvage.
Mais voilà, un oued ça creuse son lit et du coup les bords sont comme des murets en pierre et sont donc infranchissables. Nous avions trouvé une entrée, quand à la sortie elle se faisait désirer.
Enfin nous trouvons quelques traces qui s’échappent de l’oued et nous les suivons, avant quelles ne s’évaporent..
Après c’est une partie rodéo sans traces à suivre.
La suite, c’est quelques allers retours avec Cojo mais aussi à pied quand nous nous trouvons encerclés par les dunes et le sable, et quelques inquiétudes. Nous traversons une étendue de sable battue par l’eau et les vents qui présentent de sacrés creux et bosses! Nous nous orientons vers la bonne direction au gré des possibilités, nous longeons les dunes en essayant de trouver des passages, et évitons les fosses créées par le ravinement de l’eau. Nous retrouvons une piste avec un certain soulagement. La jauge du gasoil était en chute libre, notre moral est resté au beau fixe, en serrant les dents!
Heureux d’avoir vécu cette expérience inoubliable, surtout quand c’est fini !

Puis bivouac dans le désert,

Foum Zguid, jour de marché avec grosse animation,

et quelques invités surprises !

En repartant vers Zagora, près d’un village, nous croisons ce camion, j’ai vraiment eu le sentiment qu’il était au coin après avoir fait je ne sais quelle bêtise ! et que tous ses copains étaient partis jouer à la récré…

On dirait une photo pour le guide du routard !

et les dromadaires, on ne s’en lasse pas!

1 Comment

  • phi
    Posted février 18, 2023 at 19:31

    magnifiques toutes ces photos

    Répondre

Leave a Comment

Veux tu être averti(e) de nos nouvelles aventures? Inscrit toi ici!

Copyright © 2024 by Laurence & Kees. All rights reserved.

You cannot copy content of this page