Skip to content Skip to footer

7 jours en Guinée-Bissau !

Bonjour la Guinée Bissau, petit état coincé entre le Sénégal, l’atlantique et la Guinée Conakry, sa grande voisine.
Ancienne colonie du Portugal, les habitants parlent… portugais.

10 minutes pour obtenir nos visas à Ziguinchor (Sénégal)

Non, non, rien n’est informatisé. Une machine à écrire sur le bureau…Nos visas écrits à la main collés dans le passeport et un accueil très chaleureux.

Le passage de la frontière a été aussi très tranquille. Ils inscrivent les renseignements, carte grise, permis de conduire, passeports et visas sur de grands cahiers de registre.
Et hop nous voila en Bissau. En plus nous sommes toujours en francs CFA ce qui nous facilite la vie.

De quoi vivent ils ? Principalement de l’exportation de noix de cajou, qui représente 60 % des revenus du pays.
L’autre source de revenus est son littoral, très riche en poissons. Les pêcheurs de l’Union européenne, moyennant licences payantes, accèdent à leurs eaux territoriales.

Le potentiel agricole du pays est énorme, mais encore trop peu exploité.
Le tourisme et le développement économique souffrent de l’instabilité politique, des séquelles de la guerre civile de 1999, et de l’obsolescence des infrastructures.
Il n’y a pas partout de l’électricité, loin s’en faut,…et les routes sont carrément dégueux.

Le palais de l’assemblée nationale populaire, construit en 2005 en partenariat avec les chinois.

En Afrique, beaucoup de bâtiments modernes ou de maisons sont assez rapidement détériorés. Je ne sais pas si la cause provient d’un problème de matériaux, de savoir-faire ou de climat avec la saison des pluies (appelée ici hivernage). Mais se posent toujours la question de qui paie les travaux de maintenance. Souvent personne d’où les rapides dégradations.

Autre problème pour le pays : la drogue sud-américaine est stockée en Guinée-Bissau, (pas de contrôle dans les ports) et acheminée ensuite vers l’Europe.
La cocaïne n’est pas consommée par les habitants car “heureusement” trop chère.
Nous n’avons rien vu de tout ca, même en nous promenant vers le port. On ne doit pas avoir des têtes de consommateurs!!

Nous avons donc traversé le pays assez rapidement, avec un arrêt à Bissau, la capitale.
Le pays n’a que peu d’interêt pour le visiteur, sauf la qualité et l’ouverture de ses habitants.
La langue portugaise ne nous permet pas de beaucoup discuter malgré les efforts faits de chaque cote !

Nous avons profité de l’atmosphère quasi européenne de cette capitale, en découvrant des petites places avec des cafés, un restaurant italien avec d’excellentes pizzas! Une des rues importantes (4 voies) qui descend au port et aux quelques rues coloniales du vieux Bissau restait fermé pour cause de peinture au sol. Formidable ce calme et cet espace.

Vue sur le port.

Détails d’anciennes maisons coloniales et post coloniales

Tout un quartier de Bissau a des maisons construites sur ce modèle. Ça ne manque pas de charme, surtout quand c’est en cours de rénovation..

De l’autre côté, vers le nord de la ville, s’étale sur des kms un marché directement sur les trottoirs, qui n’en finit pas de couleurs, de produits de toutes sortes.

Nous assistons à un débarquement de couches!

Quelques images de ce marché..

Avant de clore ce chapitre sur la Guinée Bissau , nous avons remarqué qu’ici tout comme en Casamance, la religion musulmane est moins présente.
Les mosquées sont plus discrètes, les minarets ne sont pas très hauts, pas d’appels à la prière avec les hauts parleurs, les femmes ne cachent pas souvent leurs cheveux et s’habillent en robe courte.
Les religions, qu’elles soient chrétiennes ou musulmanes sont moins présentes dans le quotidien des personnes. .

Les guineens ne réussissent pas encore leur développement économique, pourtant tout est là, avec l’intégration des ethnies et des différentes minorités, une laïcité démocratique, des ressources naturelles, pour devenir un pays florissant où il fera bon vivre…

Leave a Comment

Veux tu être averti(e) de nos nouvelles aventures? Inscrit toi ici!

Copyright © 2024 by Laurence & Kees. All rights reserved.

You cannot copy content of this page